Bienvenue sur mesminiatures.com - mesminiatures.fr mis en ligne le 01/12/2004
 
 
La génèse
 
La génèse...
L'auto par dates
Les carrossiers
Types de carrosseries
 
L'histoire de
 
Abarth
Alpine
Bugatti
Checker
Cugnot
De Lorean
Delage
Facel Vega
Hommell
Röhr
Smart
Tucker
 
Moteur de recherche
Liens
Mots clefs
Plan du site
©  copyright 2005 www.mesminiatures.com
Chronologie de la nationalité de la marque
Yougoslavie Italie
ABARTH

Chapitres

Carlo Abarth est un mécanicien hors norme ayant su imposer sa conception de la mécanique. Ce motoriste aimait flirter avec des rendements proches des 100 chevaux au litre. Augmentation de cylindrée, allégement des attelages mobiles, collecteurs d'admission et d'échappement revus, alimentation confiée à de multiples carburateurs : Abarth dispose d'une recette de préparation bien spécifique. A l'instar de son concurrent Amédée Gordini, le surnom de " sorcier " lui sera souvent attribué. En effet, Abarth réussit la prouesse de donner à des mécaniques placides, bien souvent d'origine FIAT, des performances digne de sportives. Destinées à la compétition, les Abarth vont également permettre d'établir de nombreux records jusqu'en 1971, date du rachat par FIAT. Le scorpion, emblème de la marque va continuer à faire recette. Mais au fil du temps, il ne sera apposé sur les FIAT qu'à des fins purement commerciales. Les mécaniques modifiées par Abarth restent étonnament vivantes, alors qu'elles n'hésitent pas à aller chercher leurs performances dans les plus hauts régimes.


FIAT 1000 TC Abarth Solido 1/43

L'histoire Publicité pour les echappements

 

Karl sur ses motos


Né en 1908, Karl Abarth est un citoyen autrichien aux origines paternelles italiennes. A 19 ans, il entre dans une écurie de course de motos. Il va en gravir tous les échelons. Apprenti mécanicien, il devient très vite pilote d'essai puis pilote officiel. Il s'essayera également au side-car. En 1939, il a 31 ans lorsqu'il décide, après de multiples accidents de moto, de raccrocher son casque de pilote. A 20 ans, en 1928, Karl dirige un atelier de mécanique en Yougoslavie. Ce bricoleur de génie va s'efforcer de modifier le rendement des moteurs tout en proposant à la vente des pots d'échappement. On commence déjà à parler de ses modifications avant la guerre. Mais tout basculera après la guerre, en 1946. A cette date, Karl part rejoindre son père à Merano en Italie. C'est là-bas qu'il troque son prénom de Karl contre celui de Carlo, aux consonances plus latines.

 
Cisitalia 202 SC Vignale Conseiller technique de la marque Cisitalia en 1947

Depuis 1946, Abarth travaille avec l'ingénieur Hruska et Ferry Porsche, le fils de Ferdinand, à la distribution des brevets Porsche. En 1947, ils s'attaquent à la création d'un réseau commercial en Italie. Ce réseau permettra de diffuser la future production de la marque Porsche dont la naissance est imminente. Cette même année, Carlo fait une rencontre décisive avec Piero Dusio. Après avoir fait fortune dans le tissu, celui-ci s'est reconverti dans l'automobile, d'abord en tant que pilote, puis en tant que directeur d'écurie. C'est lui qui, avant la guerre, a créé la Cisitalia (Compagnia Industriale Sportiva Italia). Son entreprise va d'abord fabriquer des équipements sportifs, puis se lancer dans la construction d'une monoplace de course baptisée Dusio. Mais Piero Dusio veut aussi que l'on parle de lui au travers de ses constructions. Il sollicite donc Abarth pour devenir conseiller technique de Cisitalia en 1947. Amoureux du sport mécanique, connaissant très bien ce milieu, doté de très bonnes relations, Carlo va tout faire pour répondre aux besoins de Dusio.

  Obtention des brevets de la voiture de Grand Prix

Piero Dusio veut absolument construire une voiture de Grand Prix. Pour cela, il demande à Abarth de récupérer les plans de l'Auto-Union de compétition. Cisitalia Competition Celle-ci a été conçue par Porsche à la demande de Hitler pour défendre les couleurs du Reich. Elle dispose de quatre roues motrices et d'un moteur central doté d'un compresseur. Elle a en outre la particularité d'être équipée de trains roulants à barres de torsion qui lui confèrent une excellente tenue de route. En obtenant auprès de Porsche la cession des brevets de cette voiture de Grand Prix, Abarth se voit propulsé directeur technique et sportif de Cisitalia. Mais cette marque s'avère être un véritable gouffre financier. En 1949, sentant la fin proche, Piero Dusio part pour l'Argentine rejoindre un comparse. Il emporte avec lui les plans de l'Auto-Union de compétition. Celle-ci va cependant devenir très vite obsolète suite à de multiples changements de la réglementation des Grand Prix. Piero Dusio poursuivra ses réalisations sous le nom de Cisitalia en Argentine jusqu'en 1965, avant de s'éteindre en 1975.


 
Abarth et Compagnie adopte un petit scorpion

Carlo saura tirer son épingle du jeu. Il se charge de fermer l'entreprise Cisitalia. Et, avant de partir, il récupère trois roadsters 204, ainsi que des châssis, moteurs et diverses pièces pouvant servir à réparer ou fabriquer des voitures. Ce lot constituera son capital de départ. En 1949, Carlo Abarth et Armando Scagliarini (père de Guido, un pilote de Cisitalia) vont fonder la société Abarth et Compagnie à Turin.
La marque va aussitôt arborer le signe zodiacal de Carlo - le scorpion - comme emblème. L'usine fait travailler 32 personnes. Abarth va pouvoir rapidement aligner en course les Cisitalia 204 de 1100 cm3, rebadgées Abarth pour l'occasion. Ces voitures au châssis tubulaire façon " birdcage" sont soumises à rude concurrence. La saison 1949 est un échec. Les clients annulent toutes leurs commandes.

 
1952 : première réalisation 100 % Abarth avec la 205

Cependant, Carlo est tenace. Pour supporter financièrement la compétition, il reprend la production des silencieux d'échappement qu'il proposait avant-guerre. Ceux-ci seront très vite appuyés par des collecteurs, des soupapes, des ressorts et différents accessoires adaptables aux véhicules les plus courants. Mais Carlo a encore besoin de plus d'argent.

FIAT 850 TC Abarth Brumm 1/43
  • 1950 : Abarth présente une 204 berline au salon de Turin. Celle-ci est mécaniquement identique au spider que les pilotes Nuvolari, Tarufi, Macchieraldo et Scagliarini amèneront à la victoire dans différentes compétitions italiennes.
  • 1952 : présentation d'une version luxe de la 204. Toujours propulsée par un moteur FIAT dont la cylindrée est passée de 1400 à 1500 cm3, la 205 est la première réalisation 100 % Abarth. Elle est dessinée par les carrossiers Vignale et Scaglione.

En 1955, la situation financière s'améliore. Carlo diversifie ses activités :

  • Modification de modèles de série
  • Construction de voitures de course et de records
  • Fabrication de pots d'échappement et d'accessoires.
 
Des modèles de série revus et corrigés par Abarth

En 1955, FIAT présente une version minimaliste de l'automobile au travers de la FIAT 600. Carlo veut se faire les dents sur cette voiture. FIAT_500_New_Ray_1/32 Il part donc d'un exemplaire de série. Un an plus tard, après maintes modifications, Carlo est en mesure de présenter sa version, revue et corrigée, de la 600. Le petit moteur quatre cylindres arbore maintenant une cylindrée de 750 cm3. Il est également doté de collecteurs spéciaux d'échappement et d'admission, de carburateurs double corps et de trains roulants modifiés et réglables. Toutes ces modifications seront la marque de fabrique d'Abarth qui est maintenant en mesure de produire ses modifications à plus grande échelle. Il se fait donc livrer des FIAT 600 dépourvues des éléments de sa conception (freins avant, vilebrequin, carburateur et échappement). Il opère le même travail de transformation à partir de sa 750 de laquelle découlera, en 1960, la 850 TC. Cette dernière sera très vite proposée en 1000 TC. Cette version aboutit, en 1969, à la TCR (à culasse radiale). Elle dispose de plus de 100 chevaux et d'une boîte 5 rapports lui permettant d'atteindre les 200 km/h. Ces quatre voitures (750, 850 TC, 1000 TC et 1000 TCR), dont le nombre annonce la cylindrée, s'illustrent sur tous les circuits. Elles s'imposent dans différentes courses de tourisme aux mains d'amateurs peu fortunés mais désireux de piloter en compétition. Ces succès contribueront à la renommée d'Abarth et feront exploser les ventes.

 
Le sorcier explique ses secrets

La FIAT 500 est présentée en 1957. Animée par un bi-cylindre refroidi par air, elle est conçue pour remplacer la Topolino de 1936 et répond au même cahier des charges. Carlo Abarth va bien sûr s'attaquer à cette petite voiture. Les hauts rendements qu'il obtient ne sont pas autorisés par la grande série ; ses réglages et modifications paraissent presque surnaturels. La presse sportive commence même à le surnommer " le sorcier ", à l'instar de Gordini, son homologue en France. Il livrera les secrets de sa " sorcellerie " : augmentation de la cylindrée, modification des collecteurs et mise au point pour trouver les nouveaux réglages combinant toutes les modifications.

Abarth 1000 Bialbero Mercury 1/43
 
Toujours plus vite

En 1963, Carlo Abarth s'attaque à la version sport de la 500. La version de série ne dépasse pas les 105 km/h. Il sera rapidement en mesure de proposer la 595 qui atteint les 120 km/h. La suivante, la 595 SS de 38 chevaux, franchira quant à elle les 130 km/h. Les possibilités de ce moteur sont prometteuses ; Carlo va en faire un moteur carré en modifiant le vilebrequin pour allonger la course. La cylindrée passe ainsi à 690 cm3 et donne naissance à la 695. Elle remportera également d'innombrables succès en compétition. Ces petites propulsions légères ne tarderont d'ailleurs pas à déranger la concurrence, beaucoup moins alerte.



 
Abarth 1000 Le Mans 1962 Verem 1/43 670 kilos d'aluminium propulsés à près de 270 km/h !
  • 1960 : Carlo s'emploie à modifier une Porsche 356 B Carrera. Elle prendra l'appellation d'Abarth GTL et restera un modèle unique. Une autre tentative du genre sera faite sur une Alfa Roméo équipée de la mécanique d'une Super.
  • 1961 : une collaboration avec SIMCA, encouragée par le préparateur Bialbero et ses 1000 cm3 du Mans, donne naissance aux SIMCA Abarth.
  • 1962 : Les SIMCA Abarth voient le jour, au travers des versions 1150, 1300, 1600 et 2000 cm3 qui ont été élaborées sur la base de la petite voiture familiale SIMCA 1000. La version 2 litres propulsera les 670 kilos d'aluminium composant sa carrosserie à près de 270 km/h ! Cette voiture conclura la collaboration d'Abarth avec SIMCA en 1965.

 
Habillées par les carrossiers les plus célèbres

Abarth s'assure la collaboration des carrossiers les plus célèbres. Pininfarina, Ghia, Zagato, Bertone, Boano, Allemano, Viotti et le styliste Scaglione vont habiller des voitures construites soit en petite série soit à l'unité. Ces carrosseries profilées permettent d'obtenir le meilleur coefficient de pénétration dans l'air (SCx). Elles seront propulsées par des moteurs d'origine FIAT pour la plupart, mais également par des moteurs de conception entièrement Abarth, comme les 1100, 1500 et 2000 cm3 doubles arbres à cames qui vont faire parler d'eux.

FIAT Abarth 750 Pininfarina des records Solido 1/43  
Abarth multiplie les voitures de compétition

Des voitures de compétition de toutes sortes voient le jour : des monoplaces F2 et F3, des prototypes, des barquettes, etc. En 1964, la FIAT Abarth 1300 OT, élaborée sur une base de FIAT 600, est proposée à la vente. Sa production sera maintenue jusqu'en 1970. Mais, en 1964, Abarth initie un modèle à moteur central sur châssis tubulaire. Il ne sera terminé qu'en 1965, lorsque son nouveau propriétaire l'inscrira dans diverses courses, dont les 500 km de Nürburgring. Carlo Abarth va proposer la FIAT Abarth 1000 SP. Cette barquette de 105 chevaux à moteur central implanté dans un châssis tubulaire va permettre de dévoiler des jeunes pilotes talentueux, de 1965 à 1970. En 1966, un énorme V12 de 6000 cm3 annonçant 600 chevaux est étudié pour motoriser les prototypes. La nouvelle réglementation de 1967, limitant la cylindrée à 3000 cm3, impose l'abandon d'un V12. Avec ses 4 arbres à cames en tête et ses 310 chevaux, le nouveau V8 permettra encore une fois à nombre de pilotes de s'illustrer en courses de côtes.

 
Des milliers de victoires en courses

La FIAT Abarth 1000 Berlina Corsa voit le jour en 1968, de même que la FIAT Abarth 2000 SP. La 3000 SP propulsée par un V8 à 90 degrés suit. Elles contribueront toutes à faire découvrir de jeunes talents, soit en courses de côtes soit en championnat d'Europe. Ainsi, l'Autrichien Johannes Ortner sera sacré Champion d'Europe de la montagne au volant de ces barquettes en 1970 et 1971.

Résumons :
Sur les 22 ans de compétition qu'ont disputées les Abarth, on peut leur attribuer :

  • 6 championnats du monde
  • 113 records internationaux de vitesse, tous établis sur le circuit de Monza
  • 3 championnats d'Europe de montagne en 1969, 1970 et 1971
  • 3 challenges européens de voitures de tourisme
  • Plus de 8000 victoires dans diverses catégories.
Abarth 2000 Pinifarina Dinky Toys 1/43 Abarth 3000 courses de cotes Politoys 1/43
 
Abarth & Cie absorbée par FIAT

Le 31 juillet 1971, la société Abarth & Cie est absorbée par le groupe FIAT. Carlo Abarth reste le conseiller de la nouvelle firme. Le service compétition est quant à lui revendu à l'écurie Osella dirigée par Enzo Osella. C'est ainsi que des Abarth-Osella courront sur les circuits et remporteront le championnat d'Europe de 1972, avec une barquette de moins de 2000 cm3. Après cette date, les Osella poursuivront leur carrière en solitaire. Le rachat par FIAT implique l'abandon de la fabrication de prototypes. Le groupe, tentaculaire, va en profiter pour s'offrir les services d'un préparateur hors norme. Les versions les plus sportives du groupe FIAT seront désormais frappées du scorpion.

FIAT 124 Abarth Exem 1/43  
Champion du Monde des Rallyes de 1972

La compétition ne peut être oubliée. C'est ainsi que, en 1972, des monoplaces utilisant des moteurs de FIAT 124 1600 cm3 voient le jour pour concourir en Italie. Les boîtes de vitesses, quant à elles, seront prélevées sur des Lancia Fulvia HF.
1972 est également la date d'apparition des FIAT 124 Abarth, élaborées sur la base des 124 Spider. Toute la voiture sera retravaillée. Elle sera allégée au moyen d'aluminium pour les portes et de polyester pour les capots. Les trains roulants et le moteur, dont la cylindrée sera portée à 1800 cm3, recevront des soins particuliers suivant la recette bien connue. Ces voitures seront redoutables en rallye. Elles permettront d'accrocher au palmarès d'Abarth le titre de Champion du Monde des Rallyes dès 1972.


 
Le service course Lancia chez Abarth
FIAT 131 Abarth Solido 1/43
  • 1974 : Autobianchi appartenant au groupe FIAT, la A112 bénéficiera donc de la même recette de préparation que ces devancières. Cela donnera naissance à la A112 Abarth. Le moteur annoncera 70 chevaux après un passage dans les ateliers de Carlo.
  • 1978 : le célèbre préparateur revoit la FIAT 131. Cette machine obtiendra en 1980 le titre de championne du monde des Rallyes.
  • 1979 : le 24 octobre, à Vienne, Carlo meurt. Le scorpion lui survivra. Mais il n'aura plus le même impact et ne servira plus qu'a des fins commerciales.
  • 1983 : les Ritmo 105, 125 et 130 TC sont proposées à la vente. Elles affichent clairement leur puissance en chevaux.
  • 1984 : le service compétition de Lancia intègre les ateliers Abarth. La Lancia Delta S4 est l'objet de toutes les attentions.
  • 1985 : les versions compétitions clients sont proposées. Elles délivrent 250 chevaux !
Lancia Delta S4 Bburago 1/24


 
Des monstres de puissance

Les versions de course disposent quant à elles de 460cv. Elles sont un mélange d'injection, de turbo et de compresseur Volumex qui, appliqué à un petit 4 cylindres doubles arbres à cames, va les transformer en bêtes de course. Elles seront les dernières voitures de Rallyes aussi puissantes. En effet, en fin de saison 1985, le groupe B dans lequel elles concouraient sera interdit car jugé trop dangereux. Aujourd'hui, l'écusson Abarth présent sur les bas de caisses et les enjoliveurs de roues ne veut plus dire grand-chose. Il n'est par exemple présent sur les FIAT Stilo que pour vendre une version aux performances légèrement accrues, mais sans l'esprit Abarth de jadis.